Retours en enfances

Comme l’infini retourne au zéro L’infini de la vie humaine en appréhendant ses enfances (c’est-à-dire en se rapprochant/rappelant du zéro de sa naissance) peut ainsi se comprendre et appréhender cet autre zéro Inversé et identique qu’est la mort bakab [Bakab est le nom maya du zéro mais il est aussi le fils aîne d’os fertile, la mère cosmique].

1 Avant ma naissance

Certains souvenirs de mes parents sont devenus mes propres souvenirs, et, comme pour mes souvenirs, je les reconstruit à chaque fois que je les évoque

 

Si le souvenir est une fiction on peut remonter dans le passé avant son enfance « individuelle » et retrouver la mémoire de cette « enfance » collective en devenant nos parents , nos grand-parents… je ne suis plus très loin ici de la mémoire australienne où « l’individu » n’existe pas encore.

(bientôt le texte complet à télécharger en pdf)